Rechercher

Pray for...

Mis à jour : 27 oct. 2020



Ça fait des années que j’ai un sentiment étrange avec le « je vais Prier pour toi » venant de certaines personnes quand tu baisses ta garde pour leur exposer ton problème et que pour cette personne la phrase toute faite constitue clairement une pseudo intention ou action concrète.

Avec tout ce qui se passe en Afrique, (dans le monde) pour les noirs, pour les femmes, et toutes les catastrophes naturelles, je constate qu’on a quasi « naturellement » le réflexe de mentionner « pray for... » comme pour légitimer notre compassion souvent fugace pour le sujet sans vraiment prendre le temps de considérer le sujet en profondeur et faire plus qu’écrire ou dire « pray for » en décidant par exemple de DÉCIDER D’AGIR (quand on le peut) ou réellement prier pour.

Attention je ne pointe personne du doigt mais mon esprit m’a fait tilt et comme je n’aime pas le contrarier, j’ai trouvé son « tilt » pertinent donc je l’écris.

prière : nom féminin

1. Mouvement de l'âme tendant à une communication spirituelle avec Dieu.

2. Action de prier qqn ; demande instante.

Dans la notion de communication il y a interaction. Donc en communiquant avec Dieu, nous avons des réponses (a moins qu’il soit boudeur ou impoli). Et par expérience personnelle souvent par ces réponses l’Esprit de Dieu nous guide à l’action ou change notre vision sur le sujet afin de trouver ou voir la solution qui souvent est à côté de nous.

Ma question est la suivante : après les « pray for » à quand la normalisation du passage à l’action? Par exemple dans le cas d’une femme battue par son mari on dit qu’on prie pour elle (quand on ne lui dit pas que c’est Dieu qui la teste pour vérifié qu’elle est assidu à la prière sur la montagne) mais qui osera ouvrir sa porte en pleine nuit si elle ose prendre son courage pour fuir les couples et se réfugier chez nous? Où se positionner contre son bourreau?

Je dis tjs que la foi ne rend pas stupide et que même si la foi peut déplacer les montagnes, on aura beau prier pour que la lumière s’allume par la force de notre pensée mais si on ne se lève pas pour appuyer sur l’interrupteur, la foi ne fera rien.

Conclusion : la foi requiert plus que l’intention : l’action.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout